Don't miss

GOUVERNANCE ET MANAGEMENT

By on août 4, 2017

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Ile-de-France : parlez-vous le touriste ?

Do you speak touriste ?

Comment optimiser l’accueil des touristes qui visitent la région ? Le Comité régional de tourisme (CRT), en collaboration avec la chambre du commerce et de l’industrie Paris Ile- de-France, a lancé en début d’été au musée d’archéologie de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) sa campagne annuelle « Do You Speak Touriste ? », à l’attention des professionnels du tourisme.

 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

BISSAU BIJAGOS
JACQUEVILL
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’objectif ? Sensibiliser les restaurateurs, hôteliers ou commerçants à l’importance de l’accueil des touristes étrangers qui visitent la région. Pour ce faire, le CRT a mis en place une application et un guide distribué aux commerçants qui dresse un tableau des habitudes, des façons de consommer ou encore des attentes des touristes selon leur nationalité. On y dépeint des Américains « exaltés et exigeants », des Japonais « délicats et discrets », des Allemands « autonomes et précis » ou encore des Indiens « novices et inquiets ». Au rayon des conseils, sachez que les Sud-Coréens n’aiment pas être confondus avec les autres touristes asiatiques et que pour les Japonais, « les courbettes sont une vraie marque de politesse ».Sur le parking du château de Versailles (Yvelines), Katia compte un par un les touristes qui montent dans le bus de voyage. Lorsque l’on demande à cette guide touristique s’il est vrai qu’il ne faut pas hésiter à mettre en garde les Espagnols sur les plages horaires, cette dernière esquisse un sourire. « Ah oui, les Espagnols sont toujours à la bourre », s’amuse-t-elle. « Généralement, on insiste beaucoup plus sur la ponctualité avec les groupes hispanophones qu’avec les anglophones. »

France, Etats-Unis et Espagne
en tête des arrivées en 2016 !

DESTINATION FRANCE

La France est restée en 2016 le pays à accueillir le plus de touristes dans le monde, suivie des Etats-Unis et de l’Espagne, au coude à coude, selon les chiffres publiés mercredi par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). La France a accueilli 82,6 millions de visiteurs en 2016, en baisse d’un peu plus de 2% par rapport à 2015, selon le rapport publié par l’OMT, qui annonce habituellement ces chiffres dès le mois de janvier mais a retardé cette année la publication pour une raison inexpliquée. Les Etats-Unis ont vu le nombre de touristes baisser de 3% à 75,61 millions, conservant de justesse leur deuxième place devant l’Espagne, où les arrivées ont bondi de plus de 10% à 75,56 millions de visiteurs, selon des chiffres détaillés communiqués par l’OMT. L’explosion touristique en Espagne est en partie nourrie depuis deux ans par le report de visiteurs évitant des destinations comme la Turquie, l’Egypte ou les grandes capitales européennes frappées par des attentats. Viennent ensuite la Chine (59,3 millions) et l’Italie (52,4 millions) qui occupaient déjà la quatrième et cinquième place dans le classement 2015. Le Royaume-Uni grimpe à la sixième place, suivi de l’Allemagne, du Mexique, de la Thaïlande et de la Turquie.Pour établir ce classement, l’OMT recense le nombre de visiteurs passant au moins une nuit dans le pays concerné. En prenant comme critère les recettes générées par les touristes, les Etats-Unis arrivent toutefois largement en tête avec 206 milliards de dollars (173 milliards d’euros) engrangés en 2016, précise l’OMT.L’Espagne se classe deuxième avec environ 60 milliards de dollars, en hausse de 6,7 % sur un an, suivie de la Thaïlande et de la Chine. Dans ce palmarès, la France n’est que cinquième avec 42 milliards de dollars gagnés, même si elle gagne une place en 2016 par rapport à 2015. Le Royaume-Uni chute de la troisième à la septième place à 34 milliards de dollars, en partie en raison de la dépréciation de la livre face au dollar observée après le référendum sur le Brexit, explique l’OMT.

"Les gens veulent toujours voyager" Par AFP

DESTINATION TUI

Le patron du numéro un mondial du tourisme TUI a assuré jeudi que les gens « voulaient toujours voyager » malgré la menace terroriste et l’instabilité de certaines destinations clés, et que les chiffres du tourisme allaient grimper cette année. »Les gens veulent toujours voyager, mais ils voyagent différemment« , a déclaré Fritz Joussen, patron du géant germano-britannique, lors d’une conférence téléphonique jeudi. « Le nombre total de touristes sera supérieur à l’an dernier » cette année, a-t-il prédit, notant que sur les quinze dernières années, une seule, 2009, avait affiché un recul – sur fond de récession économique mondiale.M. Joussen a décrit une forme d’accoutumance aux mauvaises nouvelles, qui ferait que les touristes se laisseraient de moins en moins décourager. « Plus il y a d’incidents, plus les gens acceptent que le monde est instable, et qu’on ne peut pas y faire grand chose« , a-t-il dit.

Deux millions de touristes « détournés »

Les attaques terroristes dans de nombreux pays, l’instabilité politique dans d’autres, ont certes conduit à la désaffection de certaines destinations comme la Turquie, l’Egypte et la Tunisie, mais au profit d’autres, a-t-il expliqué. Parmi les clients de TUI, qui se recrutent pour beaucoup en Allemagne et au Royaume-Uni, quelque 2 millions se sont détournés cette année de ces pays, au profit de l’Ouest de la Méditerranée, et notamment de l’Espagne.Le groupe, basé en Allemagne et coté à la Bourse de Londres, a publié jeudi ses résultats du troisième trimestre (avril à juin. Il a accusé un recul de 6% sur un an de son chiffre d’affaires pour la période, à 4,6 milliards d’euros.Il impute ce résultat à « la date de Pâques » (qui était l’an dernier en avril, mais cette année en mars, donc le trimestre précédent), « des réservations en baisse pour l’Afrique du Nord et la Turquie et les conséquences sur l’environnement de marché des attaques terroristes, par exemple à l’aéroport de Bruxelles« .TUI s’affiche néanmoins prudemment optimiste pour le reste de l’année, et entend atteindre ses objectifs de rentabilité, avec une hausse prévue cette année d’au moins 10% de son bénéfice d’exploitation (Ebita).

Celui-ci a augmenté de 24% sur un an au troisième trimestre, à 150 millions d’euros.TUI est présent sur tellement de marchés et de segments que le groupe arrive à compenser la retenue des clients sur certaines destinations, en les redirigeant vers d’autres lieux de vacances ou d’autres formes de voyages. TUI progresse ainsi nettement dans les croisières, qui représentent encore un petite part de son chiffre d’affaires, mais sont en plein essor.A l’heure actuelle, « TUI est face à des réservations robustes, les entrées de réservations sont conformes à nos attentes« , a indiqué le groupe.C’est le cas même sur le marché britannique, où pour le moment les effets du vote du 23 juin sur le Brexit et de la chute de la livre sterling ne se font pas sentir outre mesure. »Il n’y a pas de ralentissement notable« , a dit M. Joussen, et les premiers chiffres de réservations britanniques pour la saison d’hiver 2016/17 sont encourageants. Mais « nous savons que les variations de devises affectent la demande« , a-t-il concédé, et « l’été 2017« , qui sera le véritable test pour le tourisme des Britanniques, « est encore très loin« .TUI profite de la part relativement élevée dans son offre au Royaume-Uni des forfaits « all inclusive« . « Les gens sont plus enclins à réserver s’ils ont une certitude sur ce qu’ils vont dépenser« , selon le patron.

160 X 600

ads-banner4
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.


About desk

Translate »